Partagez | 
 

 Un accueil chalheureux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Newraw

avatar


Messages : 20
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2008
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 25
Localisation : Enfer

Feuille de personnage.
Ami(s):
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Un accueil chalheureux   Mar 29 Mai - 20:16

L'atmosphère était pesante, la poussière encombrait sa gorge sèche, brûlée par la chaleur malsaine de ces terres. Il voyait mal, rampait dans le sable n'ayant aucun autre moyen de se déplacer. Il arriva au bout de quelques heures, devant une vaste muraille ébène. Il essaya tant bien que mal de se lever mais sombra dans l'inconscience..
Il s'éveilla alors, encore dans les vapes, se sentant soulevé. Il entendait vaguement des voix fortes et viriles parlant de choses perverses apparemment à son égard. Il n'arrivait pas à se concentrer sur leur voix, ni à regarder où ces individus l'emmenaient.. Il ne pouvait penser qu'à une chose, la douleur que ces ailes lui faisaient endurer. Des brûlures, une douleur aigue, il aurait tant voulu qu'on les lui arrache, qu'on le débarrasse d'un tel fardeau. Il aurait voulu pouvoir hurler qu'on le lâche, qu'on arrête de le toucher, de le trainer comme un chiffon, d'hurler sa peine, son mécontentement mais aucun sons ne voulaient sortir de sa gorge. Sa tête était baissée, il ne pouvait la relever. Il ne pouvait d'ailleurs bouger aucun de ses membres. Il pouvait simplement se laisser faire.
Les étrangers eux, semblaient satisfaits de leur "proie". Ils riaient d'un rire malsain, lui donnant des surnoms comme "le petit ange", "Cupidon" et bien d’autres sottises encore qui ne faisaient qu'accroître la haine que Lucifem portait à leur égard. Continuant leur chemin, ils s'arrêtèrent alors pour ouvrir une pièce sombre. Il y faisait doux et chaud, le sol était tiède, la salle était grande et peinte de différente nuance de rouge, plus ou moins agressives. Il reprit peu à peu le contrôle de ses membres, gigotant difficilement toujours emprisonné dans les bras de ses tortionnaires. Ceux-ci lui dirent :
-Tss, tu es bien crasseux pour un ange... On va s'occuper de toi, mon petit....
Et ils s'esclaffèrent en cœur. Lucifel ne comprenait pas ce qu'ils voulaient dire, encore un peu assoupi. Il sentit soudain ses vêtements s'arracher, sa toge blanche partir en lambeaux... Sa vu s'éclaircit un peu plus et il fixa un long moment ces deux étrangers. Il senti leur aura, ils étaient des démons. Ils avait des visages assez attirant mais une lueur malsaine au fond des yeux. L’un était brun, la peau pale et l’autre avait la peau mate et les cheveux gris et longs… Lucifel était nu maintenant, ou du moins, presque. Il restait quelque vestige de sa tunique au niveau de ses omoplates. Il ne s'en était pas rendu compte, mais depuis le début, ses ailes étaient sorties, sanglantes, pendouillant sur son dos. Ils les saisir alors, arrachant le peu de tissu qu'il restait, arrachant à l'ange un cri de douleur. Ils rirent suite à cette plainte, avant de le saisir et de le poser avec le peu de délicatesse qu'ils avaient, dans une vaste baignoire. Ils ouvrirent le robinet et commencèrent à le laver. Ils en profitèrent pour le caresser, l'embrasser, se frotter contre lui, il ne pouvait rien dire, il n'était pas en position de force. Il ne se laissa pas pour autant faire puisqu'il leur griffa avec hargne le visage. Ceux-ci l'immobilisèrent alors avant de lui arracher quelques plumes, lui décochant un gémissement. Lucifel bafouilla quelques insultes qui leurs fit esquisser un sourire.
La douche terminée, ils le vêtir d'une simple robe de lin noire, prenant soin de laisser paraître ses ailes affaiblies. Ils le reprirent alors bras dessus dessous alors que Lucifel tenta tant bien que mal de se défendre :

-Vous n’avez.. aucun droits sur moi ! Lâchez moi ! Vous regretterez vos actes, misérables batards ! !

Il se débattit avec le peu de force qu’il avait récupéré, asséna à l’un un violent coup à la gorge et se rua alors jusqu’à la porte avant de s’effondrer contre celle-ci. Sa pseudo victime lui avait tenu le pied et il s’était simplement ridiculement « vautré ». Pour ne plus prendre de risque, ils attachèrent autour de son coup un collier en métal, relié à une chaine qu’ils tenaient en mains. Ils le menèrent alors dans un grand couloir avant d’arriver à une porte. Il resta un moment apeuré face à celle-ci. Elle était en bois, peinte de cramoisis et d’or. Dans celle-ci étaient sculpté de multiples faces démoniaques, les visages tordus de malices et de vices. Malgré cette horreur, Lucifel fut attiré et intrigué par ses faces et il semblait les regardé avec respect. Ils ouvrirent la porte et tirèrent la chaine avec puissance, obligeant l’ange noir à avancer. Dans cette demeure, tout semblait excessif. Même la salle dans laquelle il venait de pénétrer était immense, parsemé d’or et de richesse mais aussi de sang et de cadavres. Cette vue l’excita quelque peu. Il aimait cette vision, elle lui rappelait le massacre qu’il avait commis devant son Père.
Au fond de cette salle, trônait sur un vaste siège de velours incrusté d’or, une personne incroyablement charismatique. Il fut presque hypnotisé par cet individu ô combien magnifique. Jamais il n’avait vu d’aussi fins trais de visage…SI une fois, ceux du Créateur en personne… Cette pensé le répugna et le blessa profondément il regarda alors d’un œil colérique le bel inconnu. L’un des démons composant son escorte fut chassé par l’autre d’un regard mauvais. Il réfléchit un instant et se demanda qui pouvait bien être le démon resté à le tenir… Il se souvint alors qu’au Paradis, on parlait souvent d’un démon puissant qui accompagnait généralement les « perturbateurs » ou les « invités » à son Maître. Son nom, Belzébuth. Serait-il un invité ? <Ça m’étonnerait…> pensa-t-il esquissant un sourire. Quelle perspicacité ! Il se redressa alors du mieux qu’il put, ses ailes lui laissant encore une sensation de douleur atroce au dos. Et toisa du regard le grand démon, s’il en était un, perché sur son trône doré. Un air provocateur et fatigué au fond des yeux, il le scrutait de haut en comble, et le trouva moins beau qu’avant. Ses trais prirent une allure plutôt démoniaque mais son expression resta la même. Sa bouche était toujours arquée du même sourire d’un homme plein de confiance et de pouvoir. Il semblait horriblement orgueilleux. A peine eut-il le temps de finir ses réflexions que Belzébuth le poussa d’un coup sec vers le grand siège. Il se rétama pour la seconde fois mais ne se laissa pas faire. Il bondit sur le démon et commença à le frapper et à lui déchirer la chaire.

-Je t’avais dit que tu paierais non ? Je tiens toujours mes promesses….

Belzébuth le repoussa d’un violent coup avant d’attacher la chaine à un anneau accroché au mur de la pièce. Il s’approcha ensuite du trône, s’agenouilla devant l’occupant du siège et lui remit la clé. Il revint ensuite se placer à la droite de Lucifel qui le regardait d’un air supérieur.

-Si j’étais à ma pleine puissance…Tu ne serais plus capable de bouger une de tes narines… Maugréa-t-il, ses paroles étant à peine audibles.

Il se tu alors, s’assit gentiment contre le mur, grimaçant. Il s’entoura de ses ailes saignantes avant de retourner son regard vers le trône occupé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Shiroi/396646117024495

Newraw

avatar


Messages : 24
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2625
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Mer 30 Mai - 1:30

La nuit venait de se terminer au pays des damnés, la chaleur se faisait de plus en plus ardente. Il n’y a beau ne pas avoir de temps dans cette contrée lointaine, le seigneur des lieux aime roupiller même si il n’en ressent pas le moindre besoin. Après tout il ne se cherchait aucunes excuses, il aimait tout simplement ne rien foutre pour après se plaindre de se faire chier. Une silhouette importante de couleur rouge était repliée sur elle-même, le visage de cet homme ou de cette bête était grave même en dormant, on dirait qu’il ne pense qu’au mal même dans ses rêves les plus profond. Sa masse musculaire est tellement importante que quand il se retourne dans son lit de 10 km carré, les lattes se plient à presque s’en casser. La bête entrouvrit ses yeux aux reflets jaunâtre mais soudain un épais soupire enflammé sortit de ses narines immense, il vient tout juste de se rappeler qu’il devait aller donner la correction matinale à Staline !

-Putain ces communistes me gonflent ! Plus tu tapes sur leur gueule plus il en redemande pour la collectivité !

Ses pates griffues se posèrent sur le sol rocailleux. À chaque pas qu’il exécutait la terre se mettait à trembler et c’est à ce même moment que les démons savent que leur maître est en action. Ici-bas, Satan est le chef absolu aucuns démons n’oseraient le défié ou encore lui répondre de travers car ils savent qu’il en va de leur vie. Quand il s’agit de torturer le seigneur des ténèbres est un expert en la matière, on peut juste dire qu’il a une immense imagination. La dernière fois qu’un démon lui a manqué de respect, celui-ci c’est fait arracher les ongles un par un pour ensuite tremper ses mains dans un bain d’acide et de sel. Inutile de préciser que cet être plus qu’inférieur n’a plus jamais manifester sa présence même si il avait de quoi se plaindre. Des esprits rebelles il y en aura toujours et c’est justement ce qui l’amuse ! Ça parait tout à fait logique ! Si il n’y avait plus de rebelles, il ne punirait plus personne et donc il se ferrait autant chier qu’un Cerbère devant la porte des enfers. Satan se gratta la tête en arborant une mine affectée, il a tellement réfléchi qu’il s’est paumé dans ses propres pensées. Mais il n’eut plus le temps de retrouver le fil de ses idées car la porte ornée de crâne clamant leur tristesse s’ouvrit d’un coup allant fracasser le mur.

-Maître ! Il y a un intrus sur le territoire ! dit Belzébuth sans même avoir pris la peine de frapper.
-Ça t’arrive de frapper ! Et si j’étais en train de me faire du bien hein !
-Je crois que vous n’auriez pas refusé que je vous aide…
-Mmmh Bonne réponse Belzébuth !

il lui saisit les joues avec sa main griffue et plongea son regard torride dans celui de son bras droit. Leurs regards se croisèrent encore longtemps avant que le malin lui cède un baiser à lui en foutre la trique. Très vite les mains du sous fifre se perdirent dans l’espoir de s’accrocher quelque part mais au moment où il pensa qu’il allait passer à l’action, Satan se décolla de lui.

-Vas me le chercher ça promet d’être amusant !


Belzébuth partit sans réclamer quoi que ce soit, il senti que si il était obéissant comme il le fallait qu’il allait avoir un traitement de faveur du maître. Les heures passèrent, Satan regarda la montre qu’il avait dessinée sur son poignet. Une petite flamme émergea de son poignet pour indiquer l’heure. Il est 3h00 du matin.

-Putain il met autant de temps que je mets pour sauter une succube !

Il s’impatientait, pour se rendre plus présentable, il rentra sa queue ses cornes, ses crocs et tout le bastringue et il finit par avoir une apparence humaine. Il s’assit sur le trône et à ce même moment le non-inviter s’engouffra dans la pièce. C’était un ange déchus visiblement, toutes la joie malsaine qu’il avait au fond de lui disparut en voyant cet être avec les ailes pendantes et frêles. Satan fut parcouru d’un lège frisson malsain, finalement ce n’est pas si mal un piaf comme animal de compagnie ! Le petit oiseau se débattait tellement qu’il sauta sur Belzébuth pour lui arracher la chaire du bras. Mais le démon supérieur ne se laissa pas faire ! Il l’accrocha à l’anneau du mur en face du trône. Bel s’agenouilla devant son maître et lui remit la clé. Satan lui attrapa le bras en lui offrant un baiser comme unique récompense pendant que l’angelot tentait de déterminer sa puissance.

-Vas me le chercher, sa voix m’agace, je vais mettre les choses aux clairs.

Le démon s’exécuta et bien vite l’ange se retrouva à genoux devant Satan.

-Alors comme ça si tu étais en pleine puissance, je ne saurais plus bouger une narine…*il posa son pied sur l’épaule de l’ange* Sache qu’ici on est plus au ciel, on ne joue plus de la harpe et au tennis mais on me lèche les pieds !

Son regard est lourd, il le toise tellement qu’on ne peut que se sentir soumis et on ne veut même pas répondre. De plus son pied semble tellement lourd qu’il a l’impression qu’il va s’effondrer. Il règne dans la pièce une ambiance lourde et une aura très forte écrasa les tempes de Lucifel.

-Il est bien beau de vouloir se défendre mais tu es chez moi ici et tu ne pourras rien contre moi !*un ricanement profond jaillit de sa gorge* Je ne te réciterais pas les bonnes paroles pour aller au lit sois en pour sûr !

Son souffle brulant allant se coller au corps de l’ange, il sentait que finalement il allait prendre beaucoup de plaisir à le titiller !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newraw

avatar


Messages : 20
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2008
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 25
Localisation : Enfer

Feuille de personnage.
Ami(s):
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Mer 30 Mai - 15:47

A peine eut-il prononcé cette menace que Belzébuth se rendit à lui. Il décrocha la chaine, lui mit une main aux ailes pour ne pas qu'il ne tente encore de se faire la malle et l'emmena avec rapidité devant le trône. Il le fit agenouiller devant le maître des lieux et Lucifel leva la tête difficilement, plongeant son regard orgueilleux dans celui de l'occupant du siège. Celui-ci était toujours aussi beau bien qu’il semblait cependant irrité. Lucifel le trouva profondément attirant et par automatisme s’approcha légèrement de lui, comme pour l’embrasser. Il se ressaisit et s’écarta au maximum de son visage.

-Alors comme ça si tu étais en pleine puissance, je ne saurais plus bouger une narine…*il posa son pied sur l’épaule de l’ange* Sache qu’ici on est plus au ciel, on ne joue plus de la harpe et au tennis mais on me lèche les pieds !

Ces paroles le révoltèrent et le blessèrent à la fois. Lui parler du Paradis ? A lui ? Le regard du démon s'intensifia cependant, intimidant fortement Lucifel. Dans la pièce régnait désormais une atmosphère pesante et l'ange commença à en avoir mal au crâne.
La rage qu'il éprouvait devint plus grande et il ne put que dire, un sourire amusé sur les lèvres :

-Hmm..Pardonnez mon impolitesse, mais...... Je ne lèche pas les pieds des inconnus, ce n'est pas dans ma nature... D'ailleurs, on m'a toujours dit de ne pas parler aux étrangers...

Satisfait et amusé, il semblait attendre une réponse du démon qui semblait ne pas avoir entendu ou feindre l'incompréhension tout simplement. Toujours aux pieds du trône, Lucifel toisa isolement le maître des lieux qui poursuivit :

-Il est bien beau de vouloir se défendre mais tu es chez moi ici et tu ne pourras rien contre moi !*un ricanement profond jaillit de sa gorge* Je ne te réciterais pas les bonnes paroles pour aller au lit sois en pour sûr !

Il souffla alors un air brulant qui alla se répercuter contre le corps de l'ange en sueur., Ce souffle était chaud mais n’avait pas la moindre once de rassurement. Lucifel put apercevoir dans les yeux de l'autre une étincelle perverse et il frissonna légèrement, un frisson qu'il aurait bien voulut dissimuler... Il n’arrivait pas à cerner les pensées du maître des lieux, ce qui le frustra. Etait-il en colère ? Amusé ? La suite le lui dirait…
Toujours plus agacé par cette allusion aux cieux, il décida de prendre la chose avec calme et avec un humour peut-être mal placé :

- Que vous arrive-t-il de parler ainsi du…Paradis ? Vous avez subit un trauma dans votre enfance ? Votre nourrice était un ange et vous l'avez toujours refoulé ? Ahhh…je sais ce que ça peut faire....

Il scruta alors le démon toujours assit, un grand sourire encré sur son propre visage, ne sachant pas s'il fallait rire ou pleurer de cet affront. N'ayant pas envie d'attendre plus longtemps, il se le va non sans difficulté, s'appuyant sur le trône doré et sur son occupant, n'y faisant guère attention, et commença à retourner doucement vers Belzébuth et la grande porte, de la démarche la plus noble qu’il pouvait offrir, toujours aussi sûr de lui, souhaitant au plus profond de lui-même énervé le maître des lieux :

-Pardonnez-moi encore mais…..votre souffle me répugne...

Il ne se retourna pas, marchand du mieux qu'il pouvait, le plus droit possible, jubilant d'avance de la réaction de Belzébuth et du maître des lieux. Le démon l’ayant escorté se poussa pour le laisser passer, il était étonné et avait la bouche ouverte. Qu’avait-il fait ? Lucifel ne put s'empêcher de pouffer légèrement secouant la tête comme si on venait de lui raconter une bonne blague, lorsqu'il arriva aux abord de la porte, il adressa à l’occupant du trône un regard narquois qui semblait dire : < Tu vois, je fais ce je veux et c’est pas toi qui m’en empêcherait… > prêt à enclencher la poignet de la porte..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Shiroi/396646117024495

Newraw

avatar


Messages : 24
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2625
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Jeu 31 Mai - 23:14

Maintenant c’était le silence, leur respirations s’entrechoquaient, le regard de l’ange semblait avoir des reproches à faire à l’occupant du trône mais celui-ci ne lui en tenu pas rigueur. Après tout ça l’amusait beaucoup de voir ô combien l’être enchaîner avait la rage. Samaël était impatient de lui donner sa future correction. Déjà l’oiseau voulu se pencher pour lui voler un baiser mais il se résigna bien vite. Plus les paroles du seigneur du mal coulaient, plus l’expression de l’ange devenait grave.

-Hmm...Pardonnez mon impolitesse, mais...... Je ne lèche pas les pieds des inconnus, ce n'est pas dans ma nature... D'ailleurs, on m'a toujours dit de ne pas parler aux étrangers...

Ceci était censé blesser ou irriter quelqu’un ? Si c’est le cas Satan n’en a même pas ressenti les effets. Il s’amusait beaucoup et il ne pouvait dire le contraire. L’immense démon s’approcha de l’ange pour saisir sa mâchoire et la compresser doucement contre sa paume durcie par la chaleur.

-Je ne suis pas un étranger, je suis ton maître dès à présent que tu le veuilles ou non *il dit les derniers mots laconiquement*

Sa voix était rauque et pouvait faire frissonner toute une garnison tellement on pouvait ressentir son sérieux et ses idées mal placées derrière ces paroles. L’ange ne baissa aucunement les armes et lui tenu tête temps qu’il le pouvait encore.

- Que vous arrive-t-il de parler ainsi du…Paradis ? Vous avez subit un trauma dans votre enfance ? Votre nourrice était un ange et vous l'avez toujours refoulé ? Ahhh…je sais ce que ça peut faire....

Sous cette phrase un ricanement apparu au fin fond de sa gorge pour ensuite rire à gorge déployée comme pour se moquer de lui.

-Tu entends ça Belzébuth ! Je crois qu’on t’a mal renseigner à mon sujet le piaf. Autrefois je fus à ta place, j’étais un ange moi aussi et contrairement aux générations actuelles je n’ai jamais eu besoin de nourrice. Je ne ressens aucun trauma du moins plus maintenant, l’enfer m’a consumer il y a bien longtemps ! J’en merde le ciel et NIQUE LE SEIGNEUR ! *dit-il avec conviction*

A aucun moment sa voix a frémis, chaque phrase, chaque mot étaient pensés au plus haut point. Il savait que blasphémer le ciel énervait l’ange alors il allait continuer dans cette voie. L’Angelo se redressa comme il le put en s’appuyant sur le trône et tenta de sortir nonchalamment par la porte d’entrée.

-Pardonnez-moi encore mais…..votre souffle me répugne...

Encore une fois cette réplique l’amusa et savait ce qu’il allait répondre.

-Et il te répugnera jusqu’à la fin des temps car tu ne sortiras jamais d’ici.


L’ange se cru en position de force et pouffa autant qu’il le pouvait mais quand il enclencha la poignée pour sortir, à sa grande surprise le maître était devant lui assit dans son trône avec son air lascif et amuser. L’ange regarda derrière lui et il avait la même vision, on aurait dit qu’il avait positionné un miroir pour réfléchir sa propre image.

-Tu es dans mon antre, je peux rendre les humains fou sur terre alors imagine ce que ça peut être ici. Ça peut être mille fois pire !


Le sourire qu’il esquissa ne pouvait qu’hanter la pensée de celui qui le voit, un nouveau ricanement sourd apparu. Des voix s’élevèrent dans la tête de l’ange comme pour le punir de sa plaisanterie de mauvais goût.

-Rester quelques minutes avec les plaintes des damnés devraient te faire du bien : D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newraw

avatar


Messages : 20
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2008
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 25
Localisation : Enfer

Feuille de personnage.
Ami(s):
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Ven 1 Juin - 15:16

Lucifel passa outre les blasphèmes de Satan envers les cieux. Bien qu’il ressenti un pincement au cœur et sa haine à son égard grandir, il se tut.Toujours un sourire aux lèvres, Lucifel s’apprêtait à enclencher la poignée de l’immense porte de bois. Il fit la sourde oreille vis-à-vis de la réponse du maître des lieux…

-C’est donc vous Lucifer …? Si on m’avait dit un jour que je vous rencontrerais…

Il soupira d’amusement, mais cela ne dura pas longtemps. La porte n’était plus qu’illusion et face à lui se dressait maintenant le Diable, toujours vautré sur son trône doré. Il resta perplexe un instant avant de penser se retourner. La même vision. Un courant froid parcourra son corps, de stupeur, d’émerveillement et de peur. Il déglutit avec difficulté, tous ces sentiments le laissaient de marbre, il se taisait, le regard livide.

-Tu es dans mon antre, je peux rendre les humains fou sur terre alors imagine ce que ça peut être ici. Ça peut être mille fois pire !

L’ange observait toujours Satan, qui avait maintenant un grand sourire aux lèvres, il ne s’en cachait pas. Il riait à gorge déployée, visiblement amusé. Cette puissante voix et ce sourire le firent frissonner.

-Seulement…, je ne suis pas humain…

Lucifel tomba alors sur les genoux, se recroquevilla sur lui-même et se tint les tempes de ses deux mains. Des voix rauques et moqueuses se faisaient entendre. Elles gémissaient, se lamentaient et semblaient hurler de douleur. Lucifel ne comprenait pas leurs mots ou leur langue. Etait-ce la réalité ou son imagination ? Etait-ce là encore une illusion du puissant démon pour le punir de sa blague de mauvais gout ? Il opta pour la dernière option avant de lâcher un gémissement qu’il aurait bien voulu masquer. Il se griffa les tempes jusqu’au sang, essayant du mieux qu’il pouvait de faire taire ces plaintes.

-Rester quelques minutes avec les plaintes des damnés devraient te faire du bien…

La douleur devint plus forte et plus intense, si elles continuaient ainsi, ces voix allaient le rendre complètement fou. Ses yeux se fermèrent et se crispèrent, il avait beau essayer de les chasser, il n’y avait rien a faire…

-T-Taisez-vous...!

Il regarda faiblement le Diable, une étincelle de haine dans les yeux. Il prit le pendentif en croix qu’il avait encore autour du cou et commença à le caresser entre ses doigts frêles. Il voulait jouer au plus fort, < il verra bien qui de nous deux tiendra le plus longtemps…. > pensa-t-il.
Il se releva alors le plus rapidement qu’il put, la tête lui tournait, il n’y prêta pas attention. Il s’avança alors vers Belzébuth, toujours une main à son cou. Il perdit l’équilibre, mais se rattrapa sur le démon qui ne bougeait pas et qui le scrutait avec u certain mépris.

-J’ai subi pire que de simples miaulements… Croyez-moi.

Il affirma ses paroles une once de provocation dans les yeux, se tournant vers le maître des lieux avant de saisir Belzébuth par le col et de se coller contre lui. Il l’embrassa langoureusement, ses ailes se tenant du mieux qu’il pouvait. Il cassa ce baiser et passa ses mains dans ses cheveux, tortillant du bout des doigts une de ses mèches sombres. Il avait l’air amusé, comme un chaton qui découvre une pelote de laine. Il étendit les bras autour du coup du démon qui ne disait toujours rien. Il cala sa tête dans le creux de ce cou chaud avant de soupirer et de se blottir du mieux qu’il pouvait contre le torse du sous-fifre, entourant les deux individus de ses ailes fragiles et blessées. Lucifel parcourut alors doucement le torse du démon mais les voix étaient de plus en plus têtues. Il lâcha un second gémissement, crispant ses mains sur le corps chaud, le griffant malencontreusement. Dans ce moment de faiblesse, Belzébuth qui s’était avéré plutôt passif ces derniers temps commença à caresser le dos de l’ange. C’est avec détresse et frayeur que celui-ci cria :

-Ne me touche pas le dos…! Enlève tes sales pattes, je ne te permets pas de me tripoter ici ! Ne…m’encercle pas comme ça… Je…ne veux pas…

Sa voix était faible et songeuse. Il se remémorait d’anciens souvenirs. Belzébuth avait l’air de prendre du plaisir à voir le petit ange se débattre ainsi, il esquissa alors un sourire satisfait avant de s’adresser à lui :

-Allons, fais-moi confiance…. Arrête donc de faire ta belle, je peux faire cesser ces voix dans ta tête…. Je peux te consoler… à MA façon bien sur…

Il avait prononcé ces derniers mots avec insistance. Lucifel le regarda, tremblant, il n’était vraiment pas à l’aise, il voulait qu’il arrête de l’entourer de ses bras, cette étreinte lui donnait l’impression d’être prisonnier, de ne plus être libre. La prise était forte ou n’avait-il pas assez de force pour la briser. Il bougeait ses ailes vivement, déposant au sol quelques plumes sombres. Il poussait le torse du démon qui restait malgré tout agrippé à lui. Il reprit son souffle, et calmement, vint déposer sa tête contre le coup de Belzébuth. Celui-ci semblait satisfait, victorieux avant de grimacer de douleur, l’ange venait de lui attraper la trachée à pleine dents. Du sang coulait de ses commissures, il grognait, menaçant de continuer s’il ne le laissait pas partir.
Le démon relâcha son étreinte, laissant Lucifel libre, qui retourna s’assoir contre le mur en face du trône. Le sol était devenu brûlant lui arrachant un air de stupéfaction. Il caressait nerveusement son collier de la main droite, et de l’autre, il semblait maintenir la bague de son doigt. Un anneau similaire à sa médaille, ornée d'une petite croix. Le sang commençait à sécher autour de sa bouche et il adressa un regard moqueur à Belzébuth qui se maintenait la gorge. Celui-ci, de rage, s’avança d’un pas assuré jusqu’à l’ange :
-Tu n'es pas en position de force, mon ange..
Il saisit alors Lucifel par le cou avant de le plaquer contre le mur et de lui arracher une poignée de plumes.
-A-Arrête ça….. C’est…AHHHHH … !!!!
Les ailes, les parties du corps les plus sensibles des anges, elles regroupent le systemes nerveux de ces être ainsi que leurs anticorps. Un ange s'étant fait arraché les ailes est donc plus vulnérable face aux maladies qu'un ange les ayant encore....
Lucifel criait de douleur, jusqu’où irait Belzébuth si on ne l’arrêtait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Shiroi/396646117024495

Newraw

avatar


Messages : 24
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2625
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Lun 4 Juin - 22:56

L’ange n’avait pas changé d’attitude, il était toujours aussi convaincu de sa position de force, il croyait que même si il n’était pas chez lui, il pourrait se permettre de faire le malin et de surtout se croire au-dessus du pouvoir de Satan lui-même ! Et bien son arrogance va lui montrer au combien il faible dans ce monde de luxure, de trahison, d’envie et de péchés continus. Après quelques minutes, Lucifel ne sut plus tenir sur ses jambes, les voix étaient beaucoup trop fortes pour sa boite crânienne dépourvue de bon sens. Le petit oiseau ne cessait pas de gémir encore et encore mais ça ne suffisait pas, il voulait encore montrer qu’il pouvait résister. D’un mouvement mal assuré, il se releva pour se diriger vers Belzébuth qui était complètement indifférent à la chose.

Du moment que ça ne lui arrive pas et bien il s’en fou complètement ! Lucifel trébucha et se rattrapa aux bras du démon pour ensuite lui voler un baiser. Belzébuth avait toujours une expression que ne laissait rien transparaître et parfois il jetait un coup d’œil vers son maître pour voir s’il ne devait pas lui donner une bonne correction mais le maître des lieux se contentait juste de sourire de façon perverse. Il a facile Satan, il reste dans son trône et attend pour voir ce qu’il va se passer. L’ange joue un peu au quitte ou double en ce moment même car si Belzébuth pète une douille sur le moment et bien on ne sait quel peinture originale il pourrait faire avec le sang de Lucifel.

Ou non peut-être qu’il ferait une sculpture de son corps démanteler ? Après tout Satan est pour l’expansion de l’expression des sentiments à travers l’Art démoniaque ! Il a justement une place entre la statue de Perséphone et de Cerbere. Satan était en pleine réflexion (oui ça lui arrive) mais un cri de l’ange l’interrompu.

-Ne me touche pas le dos…! Enlève tes sales pattes, je ne te permets pas de me tripoter ici ! Ne…m’encercle pas comme ça… Je…ne veux pas…


-Allons, fais-moi confiance…. Arrête donc de faire ta belle, je peux faire cesser ces voix dans ta tête…. Je peux te consoler… à MA façon bien sur…

Satan arqua son sourcil droit comme pour montrer son incompréhension. Et bah putain il avait si réfléchi que ça pour ne pas suivre ce qu’il venait de se passer ? Ouais ça doit sûrement être ça parce qu’à ce moment même il était complètement perdu. Le diable commença à tortiller son bouc avec son doigt et il se gratta la tête. Soudain l’ange arracha la jugulaire de Bel pour ensuite aller se réfugier dans un coin de la pièce. Là ça redevenait intéressant ! Ça allait chier du beurre par les trous de nez !

Belzébuth se jeta littéralement sur l’ange dépourvu de défense et commença à lui arracher des plumes d’une violence inouïe. Le Diable en sautait presque de joie sur son trône. Il remuait de la queue comme pour le supporter et lui dire vas-y arrache lui plus fort oui comme ça ! Belzébuth était entré dans une colère noire, il pouvait être placide mais quand on touchait à son corps de cette façon c’est signé son arrête de mort avant d’avoir signé l’armistice ! Il riait aux éclats encore et encore, plus il arrachait des plumes, plus il se sentait mieux et sa blessure se régénérait. Mais les bonnes choses ont une fin ! Satan claqua dans ses doigts et le démon se stoppa et regagna les côtés de Satan.

-Tu as été un bon soldat Belzébuth.


Le démon regarda son maître avec son regard clair et il s’agenouilla devant lui.

-Je ne fais que vous servir.


Le doigt crochu fit remonter le visage du démon et il l’invita à le rejoindre sur son trône. Les caresses fusèrent en gage de récompense et Belzébuth n’allait pas s’en plaindre. Satan jeta un œil vers Lucifel, il était dans sacré mauvais état mas rien de bien grave, il survivrait. Après tout il ne fallait pas défier n’importe qui ! Il faut savoir rester à sa place parfois !

-Alors ça y es ? Tu es calmé ? Approche un peu ici que je m’occupe de toi.


Quand le seigneur des mouche dit ça, bel regarda Lucifel d’un regard jaloux. Malgré le fait qu’il avait toute l’attention, il fallait qu’il l’ait au maximum. Satan regardait avec insistance Lucifel en le priant de venir jusqu’au trône.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newraw

avatar


Messages : 20
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2008
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 25
Localisation : Enfer

Feuille de personnage.
Ami(s):
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Mar 5 Juin - 19:29

La violence du démon était extrême, Lucifel voulait hurler de douleur, il ne put que gémir lamentablement. Belzébuth semblait prendre du plaisir à cette torture, il jetait parfois des regards à Satan, comme pour avoir la permission de continuer. Celui-ci le regardait perversement, un grand sourire aux lèvres, comme pour se délecter de la souffrance de l'ange et d'encourager Bel. Certes, Lucifel regrettait amèrement ses actes, mais il ne s'arrêterait pas ici. En revanche, il ne comprenait pas. Comment un démon qui lui avait paru si calme et posé pouvait-il rentrer dans une telle furie ?

L'ange ne pouvait se débattre, juste subir sa punition. Il essaya malgré tout de ramper sur quelques centimètres, mais le démon le retenait puissamment. Sa gorge semblait se soigner à chaque poignée de plumes qu'il lui arrachait. Le petit être ailé se crispa sur lui-même, l'échine courbée et il griffa le sol avec hargne pour essayer d'oublier la douleur. Des larmes lui coulèrent sur le visage, il souffrait et maintenant, il en voulait terriblement à Belzébuth.

-Ahhhh...ar.....rête.....Ahhhhh !....ça...

Il avait à peine la possibilité de bafouiller, se concentrer sur les mots demandait bien trop d'énergie. Belzébuth riait, Lucifel se sentait pitoyable. Il ferma les yeux, souhaitant que tout cela se termine le plus rapidement.
Soudain, l'ange sursauta et sortit de sa bulle, Satan venait de claquer des doigts. Qu'allait-il encore se passer ? A cette alerte, son tortionnaire se dirigea d'une démarche assurée et fière jusqu'à Satan avant de se ranger à ses côtés. Le diable lui dit alors :

-Tu as été un bon soldat Belzébuth.

Belzébuth regarda l'occupant du siège et s'agenouilla docilement devant lui, son regard redevenu limpide et calme.

-Je ne fais que vous servir

Quel lèche botte celui-là !
Son maître fit alors glisser le long de son visage son doigt griffu avant de lui accorder, d'un signe de tête d'aller s'asseoir sur son trône, ce qu'il ne tarda pas de faire. Satan le caressait avidement, au plus grand plaisir de Belzébuth, avant qu'il ne jette un œil du côté de Lucifel, toujours couché sur le sol tiède. L'ange était dans un bien piteux état et tentait de retrouver un souffle calme. Il tremblait sous la douleur et la peur et pensa qu'il fallait mieux en rester là. Une réflexion qu'il effaça bien vite de sa tête....

-Alors ça y es ? Tu es calmé ? Approche un peu ici que je m’occupe de toi.

A ces mots, Lucifel tourna difficilement la tête vers Satan qui le regardait de haut. Il se sentait dominé, de nouveau, il n’aimait pas ça. Il eut un pincement au cœur, qu’est-ce que cela voulait dire ? Dans quel sens du terme fallait-il le prendre ? Il sentit alors un mal être intense. Belzébuth le fixait jalousement. Pourtant, toute l’attention de son Maître était pour lui, il se faisait caresser.. Mais non, il lui fallait plus. L’ange profita de cette remarque pour le taquiner un peu du regard, il le toisait supérieurement avec un sourire satisfait qui voulait dire : < Alors … ?T’es Jaloux ? > Il ricana faiblement. Satan le regardait intensément, lui indiquant de s’approcher du grand trône doré.

Lucifel se mit à quatre pattes, à genoux, puis se releva avec difficulté. Il se dirigea alors vers le Diable et son sbire, de son corps frêle et torturé, trainant la patte, ne tenant plus ses ailes qui lui tombaient sur le dos. La fatigue et la douleur le faisait trembler violement mais c’est toujours droit et plein d’arrogance qu’il s’assit au sol, à quelques mètres du trône. C’était de la pure provocation. Il esquissa un faible sourire satisfait et orgueilleux à Satan. Visiblement, la punition ne lui avait pas suffi. Il inclina la tête sur le côté avant de dire :

-Sinon quoi ? Vous allez me taper ? Vous allez me gronder comme un gamin? Ohh.. je suis vraiment apeuré… je recommencerais plus…. !

Il s’esclaffa, défiant de son regard angélique mais corrompu l’autorité de Satan et l’agressivité de Belzébuth. Le démon l'observa menaçant, l'obligeant presque à s'approcher. Il laissa quelques minutes passées avant de se relever et de se diriger d’une démarche mal assurée vers le trône, docilement. Il laissa la sagesse prendre le dessus, il était affaiblit et un peu de réconfort ne lui ferait pas de mal. Il s’appuya alors sur le trône, puis sur les jambes du Diable, avant de s’accrocher à son torse, tentant de rester droit. Ses mains tremblait. Il était imbu de lui et plongea ses yeux dans la profondeur de ceux du Diable. Lucifel s'y perdit, il ne savait pas ce que pensait Satan, cela le frustrait, il ne pouvait pas lire en lui. Il Tomba presque en avant, voulant lui voler un baiser mais il se reprit. L'ange resta ainsi quelques instants avant de s’asseoir sur l’un des accoudoirs du trône.

-Calmé serait un bien grand mot… Disons que je suis assez fatigué… Vous vouliez….quelque chose en me faisant…venir jusqu’ici.. ?

Il tremblait encore un peu, et répondait faiblement. Malgré son air sûr, il était quand même apeuré et ne savait pas jusqu’où il pouvait allez.. Ses ailes touchaient l’épaule du Diable et il le regardait avec un certain respect et une certaine crainte.
Son éducation allait pouvoir commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Shiroi/396646117024495

Newraw

avatar


Messages : 24
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2625
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Jeu 7 Juin - 23:19

Encore une fois tout se joue dans le regard ! Satan ne cesse de fixer Lucifel pour exercer sa domination sur lui et Lucifel tente toujours de narguer Belzébuth qui au final ne prête pas si attention à lui. L’ange sous les ordres du grand maître se mit à ramper à 4 pattes pour pouvoir le rejoindre. Les blessures que Belzébuth lui avait infligées l’empêchaient de marcher normalement. À chaque pas qu’il faisait, il titubait et manquait d’embrasser le sol.

Mais malgré tous ses maux, Lucifel ne cessait pas pour autant d’être arrogant et plus il est arrogant, plus Lucifer va prendre un malin plaisir à le rendre complètement fou, il va le manipuler, le torturer, le mater, lui montrer qui est le maître et ça autant de fois qu’il le faudra ! Après quelques minutes, l’ange finit par arriver non loin du trône et s’écroula à quelques mettre des pieds du Diable. Son visage empli de plainte changea pour être remplacé par un sourire plus que provocateur.

-Sinon quoi ? Vous allez me taper ? Vous allez me gronder comme un gamin? Ohh... je suis vraiment apeuré… je recommencerais plus…. !


Au moment même de cette réplique, le visage du Dieu des enfers ne bougea en aucuns points mais son regard en disait long sur ce qu’il pouvait penser. Son iris devint plus jaune qu’à l’origine et sa pupille se rétrécis aussi vite qu’un TGV. De sa main droite il commença à gratter la pierre du trône, qui au fil du temps, finissait par former un petit creux à force d’être malmenée. Le feu qui était dans les alentours commença à s’emballer comme si un énorme appel d’air venait de se faire.

Plus Lucifel jouera à celui qui a la plus grosse, plus l’ambiance deviendra pesante. L’air se raréfiait, les caresses avaient cessées, la main agressait la pierre de plus en plus vite comme pour montrer son impatience maladive. Voyant que sa situation ne pouvait qu’empirer, l’ange n’hésita pas à se relever pour rejoindre le trône du mieux qu’il pouvait. En même temps quand il est dans cet état il vaut mieux se ramener fissa avant qu’il ne fasse de la pâtée pour Cerbere de vos boyaux ! Lucifel ne tenait plus sur ses jambes et tentait de se retenir à ce qu’il y avait à sa portée.

L’ange déchu eut l’arrogance, encore une fois, de plonger son regard dans celui du Diable mais tout ce qu’il pouvait y voir c’est la couleur de ses yeux changer car il est impossible de pouvoir savoir ce que pense le malin, il filtre vos pensées, sait vos peur, ressent votre angoisse, trouve votre faiblesse psychologique pour vous la retourner contre votre esprit malade. Il sent si votre cœur est serré ou serein, il sait tout c’est ce qui le rend si puissant ici-bas. Cela fait maintenant des milliards d’années qu’il réside ici même si au début il était un ange de tout ce qu’il y a de plus normale, les enfers ont eu le temps de consumer son âme. Il ne ressent plus amour ou compassion, il a juste soif de pouvoir, de meurtre et de sexe. Il n’est plus qu’un esprit corrompu par les plaintes quotidiennes des damnés. L’ange semblait baisser les armes et s’assit gentiment sur un des accoudoirs du bloc de pierre.

-Calmé serait un bien grand mot… Disons que je suis assez fatigué… Vous vouliez….quelque chose en me faisant…venir jusqu’ici... ?

Satan ne donna aucune réponse, il se contentait juste de gratter encore et encore l’accoudoir. Belzébuth qui n’avait plus bouger avait les oreilles baissées comme si il sentait que quelque chose allait se préparer. Belzébuth a beau avoir des envies rebelles aussi, il sait s’effacer au bon moment. L’immense pièce était plongée dans le silence, la chaleur se faisait plus présente, l’air était quasi irrespirable. D’ailleurs Lucifel pouvait remarquer que la peau de Samaël brulait légèrement, son souffle était brulant pour ne pas dire complétement dérangeant.

Les murs commencèrent à s’effriter, il n’y avait aucune secousses mais chaque pierres du palais tombèrent, il faisait noir très noir, Satan et Belzébuth avaient disparu. La chaleur n’était plus là, le vent était froid et un Ecco renvoyait chaque mouvement que pouvait faire Lucifel. Des rires se firent entendre dans l’ombre, ils étaient sournois et malsains.

Le petit déchu pouvait sentir sur lui le poids du regard de quelque qui lui était familier. Après quelques interrogations tous ces rires épuisants cessèrent et deux yeux rouges s’illuminèrent dans l’ombre. La chose s’approcha de Lucifel et le regarda avec mépris. Cet homme était imposant de carrure et le perçait à jour avec son regard clair. L’inconnu passa sa main dans ses longs cheveux blonds et sourit.

-Lucifel… Mon fils : )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newraw

avatar


Messages : 20
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2008
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 25
Localisation : Enfer

Feuille de personnage.
Ami(s):
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Ven 8 Juin - 14:43

Le silence régnait, l'atmosphère était lourde et brulante. Cette chaleur semblait émaner du corps du Diable, permettant difficilement à Lucifel de respirer. Belzébuth baissait les oreilles comme un chien avant une catastrophe. L'ange ne savait pas quoi penser, il fut arraché à ses réflexions lorsque les murs s'effritèrent.

Pas une secousse, pas un tremblement quelconque mais les pierres de la pièce s'effondrèrent sur le sol. L'obscurité régnait, Lucifem était seul, ne percevant plus la présence du démon et de son Maître. Il frémissait, se leva avec hâte, sur ses gardes, le trône semblait avoir disparu lui aussi. Un vent se dispersa dans la salle, y imposant une vague de froid. L'ange se mis en position de défense, tournant sur lui-même, tentant de percevoir la moindre présence. Ses faits et gestes résonnèrent dans la grande salle, se répercutant sur les murs qui s'étaient effrités.

Des ricanements sournois semblait lui tourner autour, se moquant de lui, il n'aimait pas cette sensation. Il frissonnait de peur et de froid, sa peau glacé par le souffle gelée qui régnait encore dans la pièce. L'air était irrespirable, il suffoquait, il voulait sortir, partir.. Il avança péniblement dans l'ombre omniprésente avant de s'arrêter, poussant un cri de détresse à peine audible qui se répercuta tout de même contre la structure du palais.

Il sentit un regard posé sur lui, une personne qu'il connaissait.. Qu'il connaissait très bien.. Il se tourna, cherchant la personne qui semblait le fixer avec insistance. La pénombre régnant toujours, les rires et les voix s'arrêtèrent subitement, décochant à l'ange un soupir nerveux de soulagement.

-Ah...ahh...Qui...Qui êtes-vous ..?!

Il parlait avec crainte, haletant, ne voyant rien. A quelques mètres de lui, deux ronds rouge s'illuminèrent, perçant les ténèbres régnant, le faisant trembler. Il recula d'un pas lorsqu'il vit la chose avancé vers lui, le regard empli de mépris. C'était un homme visiblement, de grande taille, d'une beauté incomparable, il portait une toge blanche et de longs cheveux dorés. Il avait un visage fin, digne des plus belles sculptures, surmontés de deux magnifiques yeux clairs qui dévisageaient l'ange avec hauteur. L'étranger leva la main, à ce geste, Lucifel ferma les yeux, enfonçant sa tête dans ses épaules, s'attendant au pire. Il rouvrit ses prunelles sombres au bout de quelques secondes, ne s'étant rien passé. L'Apollon passa une main dans sa tignasse blonde, regardant l'ange en souriant.

-Lucifel… Mon fils : )

Lucifem ouvrit de grands yeux d'incompréhension. Il resta perplexe quelques instant avant de comprendre, de toute sa vie, une seule personne l'avait appelé ainsi. Il commença à trembler, croyant devenir fou. Il s'approcha lentement de l'homme, passant une main sur son torse qui était bel et bien réel. Il caressa son visage, puis ses cheveux, tremblant de plus bel.

-P....Père....? Que...Qu'est-ce que...vous faites...ici..?..N-Nan...c'est....impossible..! Pourquoi....êtes-vous....là...J-Je....ne comprends....pas...

Lucifel déglutit avec difficulté avant de reculer, trébuchant sur une masse, se retrouvant assis sur le sol, rampant lentement à l'inverse de Dieu, le fixant malgré tout toujours dans les yeux. Son regard était craintif, honteux, plein d'incompréhension et de culpabilité.

-Où sont….Satan…et… son sbire… ? Pourquoi….êtes…vous ici… ?.. Pourquoi… vous ….ici … ?

Il répétait nerveusement ces questions, arrêtant de reculer, son regard craintif se changeant en un regard haineux. Son visage se crispa, il scrutait avec rage le Créateur, cachant sa tristesse.

-Tout ça….c’est…de votre…faute… ! Je…ne….voulais pas…Je ne voulais pas….les tuer... c’est vous… qui m’y avez obligé ..!! et…vous m’avez…trahit…Vous m’avez… Abandonné !!!!

Il bafouillait des choses qui n'avaient rien à voir avec le contexte actuel, toujours surpris de cette vue qu’il avait, le Tout-Puissant, aux enfers, debout devant lui. Il s’arracha quelques plumes, laissant couler sur ses mains un liquide pourpre, gémissant de douleur avant de regarder son Père à nouveau… Il jeta ses plumes ébènes dans sa direction, douloureusement.

-Pourquoi….êtes-vous réel … ? Pourquoi…ne puis-je me…réveiller… ?

Des larmes commencèrent à lui couler sur les joues, c’était impossible, il n’arrivait pas à comprendre, pourquoi serait-Il venu le voir à nouveau ? Pourquoi après ce qui s’était passé ? Venait-Il le ramener avec Lui ? Sinon, pourquoi être venu ? Ces questions se répétaient inlassablement dans la tête de l’ange qui sentait la folie lui monter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Shiroi/396646117024495

Newraw

avatar


Messages : 24
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2625
Date d'inscription : 28/02/2011

MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Sam 9 Juin - 22:38

-P....Père....? Que...Qu'est-ce que...vous faites...ici..?..N-Nan...c'est....impossible..! Pourquoi....êtes-vous....là...J-Je....ne comprends....pas... Où sont….Satan…et… son sbire… ? Pourquoi….êtes…vous ici… ?.. Pourquoi… vous ….ici … ?

Un sourire, juste un sourire mal placer, un sourire qui est en coin et signifie énormément de choses. Il peut être pris comme du mépris ou encore de la joie. Ses yeux pétillaient, sa jugulaire fait un soubresaut avant d’ouvrir la bouche pour répondre à son interlocuteur.

-Où est Satan ? Qu’elle importance ! Ce qui importe c’est que je sois là pour te voir.*il lui lança un sourire tendre en pleine face*

Sa douceur ne semblait pas avoir disparue, ses traits étaient détendus et respiraient la gaité. Le Dieu s’approcha de Lucifel et lui caressa le visage en l’examinant comme pour reprendre connaissance de ses courbes. Ses yeux dorés semblaient être captivé par les lèvres de l’ange tombé du nid. Mais l’oiseau semblait avoir de la peine en voyant ce qui était avant son père. Bien vite cette tristesse se transforma en haine.

Tout ça….c’est…de votre…faute… ! Je…ne….voulais pas…Je ne voulais pas….les tuer... c’est vous… qui m’y avez obligé ..!! Et…vous m’avez…trahit…Vous m’avez… Abandonné !!!!

Oui c’est vrai après tout la faute vient toujours des autres et jamais de sois même ! Cette réponse est tout simplement injuste et incohérente ! Après tout ce n’est pas Dieu qui a trucidé toute une garnison d’ange. Il ose parler d’abandon alors que lui-même a trahi la propre confiance de celui qu’il aimait, n’est-ce pas ce-là qui est cruel ? « C’est de ta faute » une phrase bien lâche ! Même les généraux les plus proches d’Hitler osaient dire qu’ils étaient innocents, qu’ils n’avaient jamais choisi de faire toutes les horreurs qu’ils ont faites ! Ils disaient que c’était la faute d’Hitler mais il est beaucoup trop facile de rejeter ses fautes sur un macaber ! Si Lucifel est en enfer c’est tout bonnement de sa faute et de sa stupidité. L’ange se meurtri les ailes pour être sûr qu’il ne rêvait pas mais tout cela était tout ce qu’il y a plus de vrai.

-Pourquoi….êtes-vous réel … ? Pourquoi…ne puis-je me…réveiller… ?

Le sourire du joli blond disparut et se transforma en gloussement.

-Haha pourquoi je suis là ? C’est simple ! Je voulais voir ô combien du faisais pitié que tu n’es qu’un déchet qui ne sait même pas se soumettre à l’autorité d’un chef ! Tu me fais vomir, tu me fais pitié ! Tu ne mérites qu’as être ici ! Les démons te correspondent plus que les anges !

Les larmes commencèrent à perler sur les joues de Lucifel. Les mots sortaient de la bouche du créateur comme des lames de couteaux. Il semblait prendre son pied en lâchant toutes ces insultes envers ce qui était avant son fils.

-Tu es l’être dont j’ai le plus honte ! Haha


Dieu lui tourna le dos et disparut dans l’abime pour laisser place à Mickael, le frère de Lucifel.

-Pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi tu les as tous tuer ? Ça me déçoit, je te croyais plus intelligent que ça…

Le regard de son frère était extrêmement déçu. Il baissa le regard en souriant d’une façon plus que malsaine.

-Pauvre con huhuhuhu !

Il releva la tête vers Lucifel avec une expression emplie de folie.

-Tu ne mérites que la mort ! Tu mérites la même souffrance qu’eux !

L’ange fonça sur Lucifel et lui transperça le buste de son épée et il répéta son geste encore et encore en lacérant la peau qu’il restait encore. La douleur devait être insupportable, le sang giclait en tous sens, les boyaux du pauvre oiseau se rependaient sur le sol dans des cris de terreur. Lucifel était allonger sur le sol en se tordant de douleur et Satan le regardait sans la moindre expression. La douleur s’estompa, Michael disparu. Tout ça n’était rien de réel, ce n’était qu’une projection dans le cerveau malade de Lucifel. Lucifer s’était juste introduit dans son esprit pour jouer un peu avec lui et pour bien lui faire comprendre que si il le faut, il recommencera encore et encore. Le Dieu des enfers ne baissa pas le regard et perça à jour l’ange dans un sale état.

-je répète ma question... Alors tu es calmé ? *il avait un air extrêmement sérieux en disant cela*

La chaleur de la pièce c’était adoucie malgré le fait que Satan n’était toujours pas si calme que cela. Allait-il devoir encore se fâcher ou l’ange allait capituler ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Newraw

avatar


Messages : 20
Bingo ! Combien as-tu de points ? : 2008
Date d'inscription : 23/05/2012
Age : 25
Localisation : Enfer

Feuille de personnage.
Ami(s):
Petit(e) ami(e):
MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   Dim 10 Juin - 13:03

Ses réflexions furent interrompues par les longs gloussements du Créateur. Il regardait Lucifel, plein de mépris.

-Haha pourquoi je suis là ? C’est simple ! Je voulais voir ô combien tu faisais pitié que tu n’es qu’un déchet qui ne sait même pas se soumettre à l’autorité d’un chef ! Tu me fais vomir, tu me fais pitié ! Tu ne mérites qu’as être ici ! Les démons te correspondent plus que les anges !

Il se mit à quatre pattes devant le grand homme aux cheveux dorés, levant la tête vers lui, toujours tremblotant, rongé par les larmes et la culpabilité. Il le regarda comme ça, un long moment avant d’ouvrir la bouche pour essayer de dire quelque chose, mais il fut coupé par le Tout-Puissant.

-Tu es l’être dont j’ai le plus honte ! Haha

Dieu ricanait de plus belle, démolissant l’ange intérieurement, à chaque parole qu’il prononçait. Il connaissait bien les peurs de Lucifel, en profitant pour placer des dires blessants qui le transperçaient violement comme des lames de rasoir. Le Seigneur se détourna de lui, et s’enfonça dans les sombres abîmes de la vaste salle glaciale. L’ange releva brutalement la tête lorsqu’il sentit la présence d’une autre personne qu’il connaissait bien, et qu’il chérissait. L’individu perça les ténèbres et se retrouva face à Lucifem, c’était son frère bien aimé, Mickael.

-Mickael… ? Toi, ici ? Mais…pourquoi…?

Son expression était toujours aussi confuse, regardant avec amour et tristesse son frère.

-Pourquoi tu as fait ça ? Pourquoi tu les as tous tuer ? Ça me déçoit, je te croyais plus intelligent que ça…Pauvre con huhuhuhu !

Les mots fusaient. Mickael regardait le déchu de haut, une lueur malsaine au fond des yeux. Il leva les yeux sur le visage de Lucifel, le regard pris de folie.

-Tu ne mérites que la mort ! Tu mérites la même souffrance qu’eux !

A peine l’ange noire eut-il le temps de relever la tête, tremblotant avec puissance, le regard emplie de tristesse que son frère l’assaillit, lui infligeant de rude coups, déchirant la chaire de son torse jusqu’à la transpercer entièrement. Il répétait cette action, encore et encore, lacérant de plus belle les tissues du corps de son frère, enfin, ce qu’il en restait. Les giclées de sang étaient abondantes, Lucifel de pouvait qu’hurler douloureusement, observer ses intestins se répandre sur se le sol glacé, gémir de terreur et de tristesse.. Le déchu haletait sur le sol, recroquevillé sur lui-même, se tordant de douleur étant pris de spasmes. La lumière revint, de ses yeux mis clos, il pouvait distinguer le trône, Satan et Belzébuth. Le Diable le regardait, inexpressif. Ses souffrances physiques disparurent peu à peu, Mickael s’estompa dans la lumière, à son tour…

Lucifel leva la tête difficilement, croyant être devennu completemet fou, se crispant sur lui-même, les poings serrés, les jambes pliées, il était en « boule ». Tout cela n’avait été qu’un rêve, qu’un simple rêve.. Non ! Un cauchemar provoqué par Lucifer en personne. Il avait dû s’introduire dans les pensées du pauvre ange, se jouant de ses souvenirs et de ses craintes, ce qui avait visiblement marché… Il recommencerait autant de fois qu’il le faudrait, pour son plus grand plaisir..
La chaleur revint dans la salle, plus douce qu’avant, même si Satan n’était pas si posé que cela. Il fixa le déchu intensément, sérieux.

-je répète ma question... Alors tu es calmé ?

Lucifel déglutit difficilement. Il se releva pathétiquement, se mis à marcher, la tête baissée, vers le trôné doré, avant de s’affaler aux pieds du Diable. Il se releva de nouveau, ses jambes freles le soutenant faiblement. Il se redressa du mieux qu'il put, le visage creusé par les larmes. Il frissonnait toujours autant mais sa respiration s’était calmée. Il retroussa nerveusement sa lèvre de degout à l'intention du Diable, le regardant avec mepris et haine. Lucifel changea son expression de répulsion en une hautaine et insolente. Il fixait Satan avec dérision.

-…Hm…hmmmmm.. Êtes-vous donc si faible pour vous servir de cela contre moi..? Je m'attendais à mieux venant de vous, Lucifer...peut-être que tous les dires à votre propos ne sont que des mensonges et des histoires de grands meres finalement..

L’ange lui adressa un sourire dédaigneux, toujours aussi imbu de lui.. Il n'avait aucune crainte à regarder le diable droit dans les yeux. Cette attitude était à la fois pour garder sa dignité et cacher son immense peur qui ne faisait que croitre de minute en minute. Il croisa ses bras sur sa poitrine et inclina sa tête sur le coté, un sourcil haussé en signe de provocation.

-Bon.. Au vu de l'accueil que vous m'accordez, peut-être n'ai-je pas ma place ici non plus… *Ricane*

Lucifel tomba à genoux à terre, de fatigue devant le trône du démon. Il soupira longuement, fermant les yeux. . Sa posture n'était évidemment pas tres enviable et faisait perdre la crédibilité de ses précédents propos.. Il resta à quatres pattes, tentant de récupérer du mieux qu'il put, la tête baissée vers le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/pages/Shiroi/396646117024495
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un accueil chalheureux   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un accueil chalheureux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Image sur l'accueil
» La gestion du Centre d'accueil de Carrefour a des religieux
» 01.01/24.C.Moscou - Nouvelle terre d'accueil ?
» Chargement lent de la page d'accueil ...
» accueil bug

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yaoi paradise  :: L'enfer :: Les cercles :: Les traîtres ( Repère de satan)-